La Serbie dépose sa candidature à l’UE


Boris Tadic et Fredrik Reinfeldt

La Serbie a officiellement déposé mardi sa candidature à l’entrée dans l’Union européenne, ouvrant la voie à un processus d’adhésion qui pourrait prendre quelques années.

Dix ans après la fin de la guerre dans les Balkans qui a déchiré l’ancienne Yougoslavie et mis la Serbie au ban des nations européennes, le président Boris Tadic a remis la candidature de son pays à la Suède, qui assure la présidence tournante de l’UE jusqu’à la fin du mois.

Même s’il ne s’agit que du début d’un processus qui s’annonce long et difficile selon des analystes, l’enthousiasme est réel au sein de la classe politique et des médias serbes, qui en ont fait leurs gros titres.

Boris Tadic, qui a évoqué un « tournant » nécessitant des « réformes profondes et douloureuses« , a estimé mardi que Belgrade pouvait espérer intégrer l’UE en 2014.

« Je ne dis pas que ça va se passer de manière certaine mais si nous avons cet objectif à l’esprit, nous pourrons l’atteindre« , a-t-il déclaré à la presse.

Le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, a estimé pour sa part que le dépôt de candidature représentait une « étape historique » pour la Serbie.

« Cela marque une nouveau départ pour la Serbie (…) Je suis persuadé que la Serbie peut et va remplir les conditions pour l’adhésion« , a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Ce dépôt de candidature vient ponctuer un réchauffement des relations entre Bruxelles et la plus grande des républiques de l’ex-Yougoslavie – 7,5 millions d’habitants – cible de sanctions de l’ONU dans les années 1990 puis de bombardements de l’Otan en 1999 pour mettre fin à la guerre au Kosovo. Les relations avec l’UE sont meilleures depuis l’arrivée au pouvoir du pro-européen Tadic en Serbie.

La voie de l’entrée dans l’Union européenne reste toutefois parsemée d’obstacles pour Belgrade. Le principal reste la capture de l’ancien général serbe de Bosnie, Ratko Mladic, inculpé de génocide par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Le président Tadic a réitéré mardi la volonté des autorités serbes « d’arrêter tous ceux qui sont inculpés pour crimes de guerre« . « Vous pouvez être sûrs que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour les arrêter« , a-t-il dit.

L’autre écueil réside dans la reconnaissance du Kosovo, qui pourrait constituer un sujet de discorde entre la Serbie et Bruxelles. Proclamée en février 2008, l’indépendance de l’ancienne province serbe est contestée par Belgrade mais a été reconnue par 22 des 27 Etats membres de l’Union.

Des républiques issues de l’ancienne Yougoslavie, seule la Slovénie a rejoint l’UE, en 2004. La Croatie, qui est devenue membre de l’Otan cette année, espère conclure les négociations d’adhésion en 2010 et intégrer l’UE en 2012. Par ailleurs, l’Albanie, la Macédoine et le Monténégro ont déposé leur candidature mais les négociations n’ont pas encore commencé.

Publicités

Une réflexion sur “La Serbie dépose sa candidature à l’UE

Répondre à Citizen Brain Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s