Les premiers signaux d’alerte pour le 25 mai !


945183_10151439061743161_1000884623_n

Les sondages annonçaient déjà les contours et tendances de ces élections municipales, communautaires comme des européennes. Hier, l’électrochoc ne s’est pas fait attendre, la confirmation de ce que l’on craignait a bien eu lieu..

L’abstention, grand vainqueur de ce premier tour

D’abord la participation, un indicateur préoccupant d’une démobilisation croissante des électeurs. Un résultat historique hier, qui fait de ce premier tour des municipales, un record en terme d’abstention (38,6 %). Plusieurs raisons peuvent expliquer ce chiffre, les médias et instituts de sondage nous indiquant la désillusion du monde politique et des affaires, le rejet du système, le désintérêt de l’élection et bien d’autres raisons. Une accumulation qui ne fait qu’amplifier la défiance des citoyens envers leurs élus.

La percée du FN et de l’extrême droite

C’est le second enseignement que l’on tire de ce premier tour des municipales. L’extrême droite remporte peu à peu l’adhésion d’électeurs. A force de démagogie, de discours anti-système, de contre-vérités basée sur la polémique et le clivage des uns contre les autres, l’extrême droite attise le feu et le vote sanction dans ses retranchements.

Pire, elle remporte dans certaines villes des scores inquiétants qui n’augure rien de bon dans la circonscription Sud-Est aux européennes. Marseille, Avignon, Bollène, Fréjus.. où les scores du Front National flirtent dans les premières positions, avec, dans la plupart des cas, un avantage au second tour. A Lyon, certains arrondissements révèlent également la montée du FN. Plusieurs arrondissements verront des triangulaires et joueront les trouble-fête voir les arbitres du 2nd tour. A Vénissieux, la liste ultranationaliste composée par A. Gabriac (fondateur des jeunesses nationalistes) obtient plus de 11 %. Un constat amer, difficile et qui nous incite à réagir au plus vite !

Il ne faut pas se tromper sur l’idéologie portée par ces partis. Idéologie fondée sur une conception d’un autre siècle, nauséabonde, rétrograde, europhobe, xénophobe et prête à revenir sur des acquis européens en matière de libre circulation, de droits fondamentaux et de libertés. Constater que le vote FN puisse recueillir autant de voix doit battre en rappel notre identité européenne et nos valeurs républicaines.

Que pouvons-nous craindre pour les européennes ?

En circonscription Sud-Est, l’abstention et l’euroscepticisme seront les deux données à surveiller lors de la campagne. En 2009, 60 % des inscrits ne sont pas allés voter. Premier indicateur qui a démontré qu’en Sud-Est, on vote moins qu’à l’échelle nationale.

Au regard des premiers résultats (municipales) dans des villes de la circonscription, la liste aux européennes conduite par Jean Marie Le Pen risque de faire en Mai prochain une percée aux élections et de dépasser son dernier score de 2009, soit 8,5 %.

Enfin, la crainte la plus justifiée serait que ces élections ne remportent ni l’adhésion des médias, ni même offrir un véritable débat auprès des citoyens. Pour une élection qui mobilise déjà peu de citoyens, ce serait là un vrai camouflet..

Enfin, cette élection à un seul tour en mode proportionnel ne pourra pas remobiliser dans un entre deux tours à l’image des présidentielles, législatives ou municipales. C’est pourquoi l’heure de la mobilisation n’est pas en Mai mais bien maintenant !

Qu’espérer avant le 25 mai, jour des élections européennes ?

Ces premières craintes ne doivent en rien affecter la mobilisation au sein de notre association. Les Jeunes européens ont à cœur d’être une alternative idéologique et active face aux poussées extrémistes. La nécessité première étant de sensibiliser sur les prochaines élections européennes. Il nous arrive fréquemment de nous rendre en intervention et de voir à quel point les élections européennes sont méconnues en terme de calendrier ou tout simplement d’enjeux. Donner un sens au vote, fournir de l’information et s’engager pour une Europe plus approfondie, tolérante et démocratique, voilà les ressorts pour ces prochaines semaines !

Les Jeunes européens mobilisés !

À Lyon comme ailleurs en France, nos sections locales sont engagées sur le terrain pour défendre l’Union européenne, ses valeurs et l’acquis communautaire. Le rejet de l’extrême droite fait partie de nos premières convictions pro-européenne. C’est pour cela que nous agissons auprès des primo-votants, des 18-25 ans (population qui se mobilise moins que d’autres tranches d’âge aux élections). Par le biais d’interventions, d’échanges, nous souhaitons véhiculer une prise de conscience de notre double citoyenneté, française comme européenne. Comprendre aussi que le vote est un devoir civique et qu’il offre la possibilité à ces jeunes d’exprimer leurs citoyennetés et l’engagement citoyen de demain ! Comprendre également que la mobilisation doit se faire non pas entre nous mais AVEC tous les acteurs en faveur de l’Europe, dans le local comme à l’échelle nationale !

Pour ces prochaines élections nous ne resterons pas sans réponse aux provocations des extrêmes pendant la campagne. Nous nous impliquerons du mieux possible et réaliserons des projets qui semblent être un moyen utile de rapprocher le citoyen de l’UE. Village européen de la jeunesse, action de rue, séminaire, stands dans les campus, Café-Débat, Eurodéputé à l’école, fin prêts pour changer la donne !

Alexandre L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s