Sous le pont Schuman coule la Saône, et notre Europe…

pontschumanJE

On en parlait depuis des mois, l’impatience et la satisfaction de voir apparaître sur les rives de Saône, un 17ème pont. Un pont moderne, élancé et différent puisque les élus ont décidé de lui attribuer le nom « Pont Schuman ». Ce soir du 5 novembre, tout est prêt, jour d’inauguration ! Public en masse, curieux, cyclistes et amateurs d’architectures étaient au rendez-vous pour un événement de taille. Spectacle sons et lumières et traversée des travées en avant-première pour une fête que l’on espérait tant !

Cette inauguration se devait d’être européenne, elle ne l’a pas été. Certainement pas dans les mots, ni dans les faits. Malheureusement, elle reflète une fois de plus l’oubli et le mépris d’une Europe qui gêne et qui n’est pas forcément la bienvenue.

Commençons par le début et le plus désolant : Ce pont porte un nom, choisi lors d’un vote en Conseil Municipal. En lisant les archives publiques du bulletin municipal officiel d’octobre 2012, tout porte à croire que la décision de nommer la nouvelle structure, pont Schuman sera un bel hommage. Un témoignage rendu à Robert Schuman (1886-1963), Père de l’Europe, à la construction européenne et saluer par la même occasion le Prix Nobel de la Paix décerné à l’Union européenne. Ces extraits des délibérations nous font même douter du contraire.

Mme BERTRIX-VEZA Bernadette : Monsieur le Maire, mes chers Collègues, attribuer un nom à une rue, à un ouvrage d’art, c’est rendre hommage à un homme, à une femme, à une action. Donner le nom de Robert Schuman à un pont est tout un symbole et est l’occasion de rappeler notre attachement à l’Europe, celle des Pères fondateurs, celle de Robert Schuman.

Mme BONNIEL-CHALIER Pascale : Ce n’est pas l’Europe qui est responsable de la crise, c’est le manque d’Europe. Plus d’Europe fédéraliste, moins de nationalismes et de replis, plus d’intégration communautaire et de politique étrangère commune, un autre modèle économique et social plus solidaire redonneraient à l’Europe un nouvel espoir.

Qu’en est-il de ces prises de positions lors de l’inauguration ? Pas un mot prononcé sur Robert Schuman, aucun hommage pour l’homme, l’esprit européen et la vocation attendue pour l’attribution de ce nom. Gérard Collomb, sénateur maire de Lyon n’a décidément pas voulu offrir aux lyonnais la vraie identité de l’européen qui se cache derrière. Celui d’un homme qui a ouvert des ponts entre les peuples européens au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’auteur d’une déclaration à la base même de l’idée européenne et de valeurs aujourd’hui plus que d’actualité.

Il suffit de lire les journaux ou d’allumer son écran et voir qu’en 2014, aux portes de l’UE, la guerre et les nationalismes demeurent. Cette inauguration aurait été l’occasion rêvée pour des milliers de participants de s’approprier certaines valeurs oubliées. Par un simple discours, au delà de toute polémique, l’on aurait pu écouter un nouveau message d’espoir en l’Europe ! Le courage politique n’est décidément pas prêt d’être opéré sur ces questions.

Enfin, s’il faut s’attacher aux mots, et plus précisément à ceux employés par M. Collomb lors de l’inauguration, il faudra aussi remarquer qu’une liste de partenaires, d’entreprises et maîtrise d’œuvre ont été cités. Il s’agit évidemment de remerciements et des félicitations que l’on a pour habitude d’entendre dans n’importe quelle inauguration.

Toutefois, à cette longue liste manque un partenaire – qui occupe pourtant une place indéniable dans la construction du pont : La BEI (Banque Européenne d’Investissement). Oui, le pont Schuman a bénéficié de financements européens ! Par l’intermédiaire de cette banque rattachée à l’UE, l’Europe a contribué directement à finaliser un projet d’agglomération porté par le Grand Lyon. Puisque personne n’en a parlé le 5 novembre, et bien autant le dire, la BEI a décidé de favoriser les infrastructures de transport et les modes doux (piétons, pistes cyclables) au sein du Grand Lyon en investissant 300 millions d’€. Une omission de plus dans un discours biaisé annonciateur d’un autre projet, politique celui-là, la future Métropole Lyonnaise. Pour montrer les engagements européens concrets près de chez soi, c’est raté et pour le pont Schuman, c’est un comble !

C’est pourquoi ce même jour, les Jeunes européens Lyon ont décidé de faire leur propre inauguration avec drapeau aux douze étoiles. Notre manière à nous de célébrer ce qui n’a pas été célébré et en offrant cette opinion de vive voix auprès de M. Collomb. Parce que l’Union européenne mérite cette reconnaissance et ne pas tomber dans les refrains et clichés qui ont fait de l’Union européenne, le bouc-émissaire idéal dans les urnes !

Alexandre Lémonon

Publicités