Assurer l’indépendance de l’audiovisuel public en Europe

Les télévisions et radios publiques souffrent d’une politisation de plus en plus importante et de financements défectueux dans plusieurs Etats membres. Parlements, gouvernements et régulateurs doivent débattre du futur du secteur audiovisuel public, de ses problèmes et de la conquête d’une audience plus jeune, demande un rapport rédigé par le Belge Ivo Belet (PPE).

Voici l’entretien réalisé par le site du Parlement Européen :

Qu’est-ce qui met en danger l’indépendance de l’audiovisuel public ?

Ivo Belet : Leur indépendance peut être mise en danger de deux manières.

Tout d’abord à cause de la politisation des structures de gouvernance, par exemple avec les nominations au conseil d’administration, au conseil de surveillance ou la nomination du directeur général. C’est pour cela que dans le rapport nous demandons à ce que les dirigeants soient nommés sur la base de leurs compétences et de leur connaissance des médias.

Ensuite, l’indépendance des diffuseurs n’est plus garantie en l’absence de financement stable et pérenne. Si les gouvernements adoptent les budgets sur une base annuelle, la radiotélévision est sensible aux interférences politiques.

Comment les diffuseurs publics pourraient-ils s’adresser plus aux jeunes ?

IB : La façon dont les gens regardent la télévision évolue, particulièrement pour les jeunes téléspectateurs. Pour les toucher, les diffuseurs publics doivent diversifier leur offre, offrir de nouveaux services et de nouveaux contenus sur de nouvelles plateformes.

Ils doivent être structurés de manière à proposer du contenu de qualité sur le web, les jeunes accédants aux médias quasiment exclusivement par internet.

Que faire au niveau européen pour assurer l’indépendance de l’audiovisuel public ?

 

Ivo Belet

 

IB : Tous les pays de l’Union européenne ont adhéré aux recommandations du Conseil de l’Europe sur l’indépendance économique et politique des diffuseurs publics. Nous demandons à l’Observatoire européen de l’audiovisuel de rassembler des données et mener des études sur l’application de ces normes. Nous demandons également à ce que les Etats membres soient tenus responsables des manquements à leurs engagements.

Enfin, nous avons demandé que le Système de contrôle du pluralisme des médias (Media Pluralism Monitor, un instrument développé à la demande de la Commission européenne pour indiquer le statut des diffuseurs publics, ndlr) soit mis en application.

Publicités