Les souverainistes s’organisent

Les souverainistes et autres conservateurs élus le 7 juin 2009 forment un nouveau groupe au Parlement Européen. Composé de 55 députés, ce groupe sera le quatrième en importance derrière le PPE, le PSE et ADLE mais devant le groupe Verts – ALE.

parlement_europeen hémicycloe droiteCe groupe, appelé « Réformateurs et Conservateurs Européens » compte donc 55 députés issus de 8 États Membres de l’Union Européenne. Il faut, en effet, 25 députés provenant de 7 pays pour créer un groupe au Parlement Européen. Mais pour ce nouveau groupe RCE, la survie risque de s’avérer compliquée car 5 députés sont seuls ressortissants de leur État. Donc si 2 d’entre eux se fâchent avec les autres, sur, par exemple, des thèmes aussi sensibles que la place de l’Islam, l’homosexualité ou encore les racines catholiques, alors le groupe risque la dissolution. Il s’agira donc de ménager les susceptibilités des uns et des autres.

D’ailleurs, les partis qui forment ce groupe ont ratifié les « principes de Prague » qui annoncent les valeurs communes à ce groupe. Attachez votre ceinture :

– Attachement à la libre entreprise, au commerce et à la concurrence libre et non faussée

– Favorables à une réglementation minimale

– Importance de la famille comme socle de la société

– Fin de la bureaucratie excessive

– Respect de la souveraineté des États et opposition au fédéralisme européen

– Reconnaissance de l’importance incomparable de l’OTAN

– Favorables à un contrôle de l’immigration et contre les abus en matière de droit d’asile.

parlement-europeen hémicycleCe groupe est composé du Néerlandais élu en Belgique Derk-Jan Eppink, acteur de l’ouverture du marché des Postes européennes et ami de l’ancien commissaire Frits Bolkenstein. Siègera aussi un député issu du parti centriste finlandais dont les (ex-)amis restent fidèles au groupe ADLE. On verra aussi un député issu du parti très chrétien très conservateur néerlandais ChristenUnie. Il y aura un élu letton en provenance du Mouvement pour l’Indépendance Lettone (anciennement rattaché à UEN) et le seul élu hongrois du Forum Démocratique Hongrois (anciennement au PPE-DE).

Pour les forces principales de ce groupe, deux partis proviennent de l’ancien groupe PPE-DE : les Conservateurs britanniques dont le détachement du PPE jugé trop fédéraliste à leur goût était prévue dès l’accession de David Cameron à la tête des Torries. Ils apportent à eux seuls près de la moitié du groupe : 26 députés. Inutile de dire que ceux qui ne parlent pas anglais seront handicapés dans ce groupe. On trouvera aussi dans cette marmite 9 députés issus de l’ODS de Mirek Topolanek, l’ancien Président du Conseil de l’UE pendant la première partie des 6 mois de Présidence tchèque. Enfin, la colonne vertébrale du groupe UEN arrive dans ce nouveau groupe avec 15 eurodéputés : il s’agit des eurodéputés du parti du président polonais Kaczynski, Droit et Justice.

L’union risque d’être compliquée et le spectre de la dissolution du groupe ITS en 2007 est bien présent. Les Conservateurs britanniques et les conservateurs polonais auront fort à faire pour garder un embryon de cohésion dans ce groupe à droite de la droite. En tous cas, ce groupe brille par l’absence en son sein de Libertas dont le seul représentant au Parlement est vendéen. Une piste à suivre pour éviter une dissolution ?

Publicités